Aller au contenu principal Aide Panneau de contrôle

www.belledonne-sport-nature.fr

Association Belledonne Sports Nature

Partager
Partager sur Facebook
Poster sur Twitter
Partager sur LinkedIn
Inviter des participants
Référencer cette page
Surveiller
Fichiers récents
Voir aussi

Accueil «   Le blog «  

Des bêtes à crolles sur la Dent de Cornes

A la recherche des caprins des pâturages de montagne

En ce jeudi 2 novembre, la contrainte est la suivante : faire une jolie randonnée avant un rendez-vous à 11 h 45 à Crolles, en PLEIN MILIEU de cette belle journée automnale.

L’idée : partir tôt pour observer les chamois en toute tranquillité, pour eux et pour moi, sur les pâturages de la Dent de Crolles. Départ du parking sous le Col du Coq, côté Saint Pancrasse, à environ 7 h 20. Aucune voiture, aucun z’humain, quelques timides chants d’oiseaux, une merlette fouinant le tapis de feuilles de Hêtre à la recherche de vers, quelques cristaux de givre sur les herbes sèches et marrons du talus, une lumière pâle sur les montagnes alentours doublée d’une brise fraîche s’insinuant sans scrupule dans les interstices des vêtements. Sans nul doute, l’automne s’est emparé de nos plaines et montagnes.

Direction le Col des Ayes pour une montée à la Dent de Crolles par le Pas de l’œille. Au sortir de la forêt, la brise se transforme en bise et les gants, écharpe, bonnet et autres accessoires pointent le bout de leur nez pour protéger du froid le voisinage du mien. Déjà que les images de ce décor immortel d’un bleu-gris glacé se fraient difficilement un chemin jusqu’à ma rétine, gênées par des larmes perlant de mes yeux sous le fort vent, il est hors de question de me dévêtir un tant soit peu pour sortir l’appareil photo !

8 h 10, victoire ! La Dent de Crolles a toujours sa croix métallique dont le vent insistant ne semble pas ébranler sa surplombante posture sur le Grésivaudan. Moi, au contraire, je ne fais pas long feu là-haut et m’empresse de redescendre de quelques dizaines de mètres en direction des Sources du Guier pour retrouver des conditions plus clémentes et partir en quête de quadrupèdes poilus et cornus.

Quelques minutes suffisent pour repérer deux jeunes chamois broutant à une centaine de mètres de là, et un groupe de 15-20 individus un peu plus loin. Je les contourne à bonne distance pour ne pas me retrouver sous le vent et ainsi ne pas trop les perturber dans leurs activités matinales (manger essentiellement, on est tous pareils). Ils me repèrent rapidement mais en prenant le temps, j’arrive à m’approcher à une trentaine de mètres d’eux. Les fesses posées sur un rocher, je sors les jumelles pour les observer dans le murmure de la nature.

9 h 30, cela fait une heure que je les admire, et je ne sens plus mes fesses depuis 59 minutes avec ce foutu lapiaz qui ne bénéficie semble-t-il pas du chauffage central. Il est temps de se balader un peu sur le « plateau » avant de redescendre au parking pour 11 h dernier carat. Les rayons du soleil sont de plus en plus intenses et repeignent les prairies d’une couleur dorée qui tranche avec le bleu du ciel. Quelques pins à crochets ajoutent çà et là une touche de verdure. C’est beau, mais mieux vaut regarder ses pieds pour ne pas se faire une cheville dans une crevasse de lapiaz. Et toujours aucun z’humain.

Le retour à la civilisation (c’est le cas de le dire) se fait par le Trou du Glaz, avec la photo traditionnelle du Grand Som depuis l’intérieur de la grotte. Sur le retour, je croise facilement une cinquantaine de personnes en direction du sommet. Les chamois seront, à leur insu, de vraies stars d’ici quelques temps.

Durée totale : 3h30 ; dénivelée : 850 m ; distance : aucune idée !



Le big boss du coin Pour une fois, vue sur Belledonne Un éterlou (jeune chamois) Chamois adulte et éterlou sans cornes Vue sur la Réserve Naturelle des Hauts de Chartreuse depuis la Dent de Crolles Rocher du Midi sur fond de Mont Blanc Toujours Belledonne, avec le Pic du Frêne en plein milieu Un peu plus bas sur les lapiaz Terrain idéal pour se faire une cheville Double épée de Damoclès ! Le Grand Som depuis le Trou du Glaz Le Chamechaude
Geneviève Dupuis
le 7 nov.
Merci à notre observateur de chamois cornus ou pas, en repérage juste avant la neige ! toujours de belles descriptions et photos !
Ce devait être super, pas d ' humains, pas de bruit !
Signé : La taiseuse, qui va finir par se faire radier du groupe de randonneurs...
Pierre Mérian - le 8 nov.
Meuuuuuuuuuh non, on te garde !!