Cette sortie, annoncée le 25 mai, a été reportée au lendemain : il pleuvait et les prévisions météo étaient pessimistes. Dommage pour les inscrits, pas forcément disponibles ensuite ! Le 26 mai , les élections européennes et la fête des mères ont donc été célébrées par certains, sur ce sommet voisin d’Arvillard.

La date n’est pas choisie au hasard, correspondant à la période d’apparition d’une fleur relativement « endémique » ici, la pulsatille printanière ou anémone-souris (Pulsatilla vernalis, famille des Ranunculacae).

L’itinéraire du jour démarre de la chapelle de Prodin (1360 m, route forestière en mauvais état). La neige est encore là sur le versant nord, au-dessus des chalets du Verneil, mais on peut marcher sans raquettes.

Au sommet de Chapotet, sur le versant sud-est, de jolies anémones-souris émergent timidement comme de petites bestioles dont le « pelage » gris se laisse effleurer. A leur côté, d’innombrables crocus égaient aussi les surfaces déneigées.

Il est temps de revenir à la civilisation, après séance « photos », observation du Rognier (un skieur et un marcheur dans le Grand Canal !) des Grands Moulins, du Grand Chat, et…casse-croûte.

De nombreuses fleurs égaient la descente après les glissades sur les névés.

Vive le printemps belladonien !

Catégories : Le blog