Partis à cinq, répartis en deux groupes. Geneviève et Nicole en direction de Roche Noire d’une part, Daniel, Sigrine et Jean Noël d’autre part, en direction de la Dent du Pra via le col du  Vouteret.

Dent du Pra par le Col du Vouteret, au départ du Pleynet,
D+ 1180m, Daniel, Sigrine et Jean Noël :

Départ 8h30, arrivée au sommet 12h50. Grande tranquillité. Quasiment personne en vue, ce qui ne manque pas d’être surprenant pour un dimanche de Pâques.

Pas de portage. La route jusqu’au chalet du Pra est encore bien enneigée. Légère descente pour passer le ruisseau du  Pra puis première montée raide et gelée pour atteindre le pied du rocher de l’Evêque. Couteaux agréables.

Le long vallon du Vouteret est magnifique, le col se cache au fond à droite derrière la barre de la dent du Pra. La neige est  encore bien gelée, cela ne présage rien de bon pour la descente. La pente faiblissant, on retire les couteaux. Daniel et Jean-Noël, profitent de temps en temps du soleil en m’attendant.

Au pied de la pente raide finale, à l’ombre, on remet les couteaux par précaution. La trace de montée est très confortable. Festival de conversions dans la partie la plus raide (37° dixit Daniel qui est équipé d’un niveau à bulle ! ). Les crampons restent dans le sac.

Débouché au col en plein soleil, traversée sans difficulté face sud vers la Dent du Pra. Pas un souffle de vent. Pique-nique au sommet.

Descente inégale, curieusement réchauffée en haut, et encore gelée en bas. Heureusement, pas trop trafolée.  Donc, raisonnablement skiable.  A l’arrivée, au bout de la route, Geneviève et Nicole viennent à notre rencontre. Timing parfait.

Sous Roche Noire et Dôme des Oudis
D+ 800m Nicole et Geneviève

Départ 8 h30 du Pleynet (1450 m) ; montée par le chalet des Fanges puis incursion sous la Roche Noire ; à 1960 m, nous entamons une courte mais agréable descente, avant de repeauter jusqu’au col des Oudis (2100 m).

De là, vue brumeuse sur la Chartreuse et magnifique sur les versants Belle Etoile, Vouteret, Pra, Jasse et Jas des Lièvres.

La vaste combe qui nous ramène à la station est en bonne neige, ça tourne sans encombre, on se fait plaisir !

Une fois nos copains revenus de leur superbe course, nous trinquons (discrètement) ensemble pour fêter Pâques et les nouvelles peaux de phoque de Sigrine.

Catégories : Le blogSki de randonnée