Ce pain, ça pourrait être une recette gourmande, alliant les vertus des aiguilles dorées des mélèzes automnaux, à du miel ! Que nenni ! On parle ici d’un “spot” savoyard remarquable abritant ces curieux conifères (Larix decidua) aux aiguilles souples, vertes puis jaunes, qui tombent et tapissent les sols avant l’hiver. Nous l’avons choisi comme destination , en ce samedi 17 octobre ; c’est Albanne (1620 m) en Maurienne, où l’on va on découvrir en effet de belles forêts de mélèzes (déjà un peu colorées à ce jour) garnissant les flancs du belvédère appelé le Pain de Sucre (1981 m).

Pour y grimper, on prend des pistes d’alpage partant du haut du village et menant sous la combe d’Emy, avant de traverser et de quitter le ruisseau des Moulins aux abords du chalet du Vé (1840 m). S’en suit une montée en forêt, vers l’est, et une dernière petite grimpette en terrain dégagé, vers le sud. Le sommet du Pain de Sucre se présente comme un tumulus enherbé, panoramique à souhait.

A nos côtés, bien tentants, les contreforts de la Grande Chible (2930 m) et ses myrtilliers rouges ; au sud, la superbe Aiguille Noire, le Grand Galibier, La Sétaz des Prés ; vers le nord, la redoutable Croix des Têtes.

Nous optons pour un casse-croûte au-dessus du Clot Albanel, dans un replat couvert de myrtilliers avec leurs myrtilles succulentes. La Grande Chible est encore loin, mais nous ne résistons pas au plaisir de monter jusqu’à 2285 m environ dans son versant sud/est, pour rejoindre la crête ; là, nous basculons dans le versant nord/est un peu enneigé, et rejoignons le sentier des Parpillons qui revient sur le Pain de Sucre.

Suite du programme,” passer au Grapil pour admirer le plus gros mélèze d’Europe, puis revenir par la Plagne et le lac de Pramol et sa tourbière”. Tout se déroule comme prévu, sur des sentiers toujours agréables et très variés bordés de mélèzes, dans un soleil d’après-midi absolument génial.

Après 5 h 30 de marche, 13 km et 780 m de dénivelée, le debriefing se passe sur le parking d’Albanne, assis à même le sol : coup d’oeil à l’église romane, échange de thés et de sucreries, derniers regards sur les mélèzes, relaxation et parlotte. Comme dirait l’autre : ” Elle est pas belle, la vie ?”

Participants : Ghislaine, Raphael, Dominique, Véronique, Geneviève.

PS : Une reconnaissance partielle de la randonnée a été effectuée par temps pluvieux quelques jours avant !

%d blogueurs aiment cette page :